Les recommandations de juin 2018

Ce mois-ci, double dose de recommandations ! Dans les dernières sorties on vous conseille The Caliphate, The Boy in the box, Song Exploder, Y a plus de papier,et Making Gay History. Et après avoir fouillé dans les archives on vous conseille aussi d’anciens épisodes des podcasts Staph Retreat, 2 heures de perdues, Reply All, Les Pieds sur terre et This American Life.

Les recommandations d’Adélie

The Caliphate du New York Times

caliphate-album-art-facebookJumbo-v5Cela fait déjà de nombreuses années que je suis avidement le travail de Rukmini Callimachi, la reporter du New York Times qui couvre Daesh. Son travail est impressionnant, notamment parce qu’entre ses voyages sur le terrain, elle surveille et analyse méticuleusement les réseaux sociaux et autres plateformes qu’utilisent les militants de Daesh pour communiquer, recruter et commenter l’actualité mondiale. Ses articles sont toujours une plongée dans leur monde, leur psychologie et leur mode de fonctionnement. Au mois de mai, elle a lancé la série The Caliphate, qui avec comme point de départ le témoignage d’un ancien militant de Daesh revenu au Canada, plonge dans les méandres de cette organisation. On y découvre aussi en négatif les méthodes de travail de Rukmini Callimachi. Une série fascinante et riche en son.

Staph Retreat de Radiolab

Dans cet épisode de Radiolab, une émission américaine qui traite de manière narrative les sujet scientifiques, on part à la découverte des antibiotiques… pas folichon me direz-vous, et je serais spontanément encline à être d’accord avec vous. Sauf que. Par des détours imprévus et captivants, les deux animateurs plongent dans un ancien manuscrit du XIe siècle de remèdes médicinaux et découvrent ébahis que les vikings avaient déjà leurs propres antibiotiques ! Qu’a-t-il bien pu se passer pour qu’on oublie l’existence d’un médicaments aussi capital ? À quoi pouvait bien ressembler cette pénicilline moyenâgeuse ?

staph-retreat

Si je n’ai pas encore titillé votre curiosité, sachez que cet épisode contient : du vieil anglais lu tel une incantation de Saruman, une microbiologiste déguisée en nonne et qui se balade avec une hache, un grimoire mystérieux, des découvertes incroyables qui vont vous faire remettre en question vos a priori sur le Moyen Âge, deux producteurs de radio qui tentent à moitiés saoulent de refaire cette recette mystérieuse… Je trouve personnellement cet épisode magistral car il est à la fois passionnant et d’une richesse et d’une créativité sonore incroyable. Si vous l’écoutez je serai curieuse de savoir ce que vous en avez pensé, n’hésitez pas à venir m’en parler sur Twitter !

 

Les recommandations de Fanny

The Boy in The Box – Fan Fictions #1 – Sherlock & Watson, de l’eau et des bulles

CaptureEst-ce qu’on est encore dans le podcast ou glisse-t-on du côté de la fiction audio ? A vous de juger ! Pour ma part j’ai pris beaucoup de plaisir en écoutant ces trois personnes nous lire une fan fiction (un texte écrit par un fan inspiré d’un univers romanesque). Adolescente je passais beaucoup de temps sur des sites où des écrivains en herbe imaginaient des extensions de leurs univers préférés (le concept est d’ailleurs très bien expliqué en début d’épisode).

Dans cet épisode c’est un texte inspiré de l’univers de Sherlock Holmes, le fameux détective anglais. Pour l’écouter, je vous conseille vivement de vous installer confortablement dans un endroit calme, de bien écouter avec les deux oreilles en fermant les yeux. Laissez vous bercer par les belles voix de nos trois podcasteurs, qui vont parfois vous décontenancer avec leurs rires gênés devant le style d’écriture parfois alambiqué. Des effets sonores subliment l’ambiance du podcast et achèvent de vous plonger dans le récit.

L’épisode n’est pas du tout représentatif du podcast en général, c’est seulement le premier d’une série de trois lectures, et le reste des épisodes reste très tourné vers l’univers intime de The Boy in the box, qui dit faire les podcasts dans son salon, “toujours avec beaucoup d’amour”.

2 heures de perdues – Saison 3 Episode 1 Harry Potter à l’école des sorciers

vkpuUH-L_400x400Pour une fois l’équipe du podcast 2 heures de perdues n’a pas fait un épisode sur un gros blockbuster ou sur un film d’horreur mais d’un film qui a bercé l’enfance des enfants des années 1990 (mais pas que), le premier film de la saga Harry Potter.

Comme d’habitude dans ce podcast il ne faut pas avoir peur des spoils (ni des blagues lourdes), l’histoire va vous être racontée (presque) en entier, à grand renfort de digressions plus ou moins contrôlées, d’anecdotes et d’analyse cinématographique. Ce podcast est devenue une référence dans les podcasts de cinéma, peut être le seul capable de remplir des salles de théâtre pendant des lives.

Par contre dépêchez vous de l’écouter, 2 heures de perdues a la sale manie de supprimer ses anciennes saisons au fur et à mesure, pour parfois proposer l’été d’anciens épisodes.

 

Les recommandations de Grégoire

Song Exploder – Wolf Alice – Don’t delete the kisses

SongExploder137-WolfAliceLe podcast “Song Exploder” regorge d’anecdotes et de secrets de fabrication au sujet des chansons qui font l’objet de ses différents épisodes. Dans celui-ci, on entend les premières démos à l’origine de la chanson Don’t delete the kisses, de Wolf Alice, et on suit, à travers l’interview de la chanteuse et guitariste Ellie Rowsell, du batteur Joel Amey et du producteur Justin Meldal-Johnsen, l’évolution de l’œuvre musicale, jusqu’à sa version finale.

J’aime particulièrement ce podcast pour sa capacité à déconstruire des chansons et expliquer comment les musiciens les créent, avec quels moyens techniques et quelle vision artistique. Cet épisode en est un bon exemple.

Reply All – Long distance, partie 1 et 2

8TH6WhLp_400x400Un épisode de 2017 que j’ai trouvé particulièrement captivant. L’histoire est intrigante dès le tout début, quand l’un des présentateurs du podcast appelle un numéro qui tente de l’escroquer, et enregistre la conversation. Suite à cet appel, le présentateur se lance dans des recherches, qui l’emmènent à des milliers de kilomètres de chez lui, pour comprendre qui est derrière cette arnaque.

Pour moi, cet épisode est un modèle de narration et de montage, tant les deux épisodes, d’environ cinquante minutes chacun, m’ont tenu en haleine jusqu’à la fin.

 

Les recommandations d’Alice :

Y’a plus de papier ! – #28 – Ecrire pour l’audio

big_cover_58a6d5db6e73346d2cc51e00Y’a plus de papier ! est un podcast mensuel assez long (2h) sur l’écriture scénaristique. Hadrien et Mathieu invitent chaque mois trois ou quatre scénaristes à venir discuter autour d’un thème dont ils sont spécialistes. Parmi les derniers épisodes : Francis Veber, venu parler de comédie, Florent Bernard (FloBer du collectif Golden Moustache) venu parler de l’écriture de sketch, et quelques épisodes sur la vie professionnelle (rémunération, statut, etc.).

Si le dernier épisode m’a particulièrement intéressée, c’est parce qu’il est consacré à l’écriture de fiction audio. Les invités, Anne-Claire Jaulin, Vincent Hazard et François Pérache, exposent leurs expériences d’auteurs pour différents média (France Inter, France Culture, Arte Radio, web natif). J’ai trouvé leurs témoignages très précis sur les rémunérations, les délais de réalisation, les procédés d’écriture ; et un passage intéressant aussi sur les différences entre l’écriture pour l’image et pour le son, avec des conseils techniques précis : une mine d’informations pour ceux qui voudraient se lancer.

Les pieds sur terre“La visite”

738_immeuble_neuillyMon épisode préféré des Pieds sur terre nous invite à suivre, une demie heure durant, une visite proposée par une agente immobilier à une cliente. Bien entendu, il ne s’agit pas de n’importe quelle visite : 280 mètres carrés dans un hôtel particulier de Neuilly (la demie heure n’est pas de trop pour faire le tour du propriétaire !), avec garage, étages, cheminée… On suit donc pas à pas la cliente dans ses interrogations sur ce bien : les sept chambres et la belle cage d’escalier seront-elles suffisantes pour accueillir sa famille et les réceptions qu’elle prévoit ?

L’angle choisi est intelligent, la réalisation amusante et joliment impertinente : un épisode parfait pour vos trajets en métro ou vos séances de ménage !
Les recommandations de Sarah-Lou

Making Gay History – “Love is Love”

uploads_2F1475713662103-4c1eyr2wyl4rt4lq-4953b0d59493945f7424c4aab24f650e_2FMGH_Megaphone-01

Plusieurs histoires d’amour racontées très brièvement par l’un de leurs protagonistes… Love is Love est une écoute qui m’a touchée alors que je filais dans un train et que j’ai envie de partager avec vous. On y entend les premières amours d’homosexuels qui n’ont pas eu la chance de grandir au XIXème siècle… et pourtant c’est plein d’humour et de joie de vivre ! Making Gay History, le podcast, retrace l’enquête menée par Eric Marcus, auteur américain de plusieurs livres à succès, et notamment Making Gay History, le livre. En écrivant ce best-seller dans les années 80’s, Eric Marcus a rencontré des personnages importants du mouvement pour les droits LGBTQ aux Etats-Unis… le détail qui tue : il a enregistré toutes ces entrevues sur des cassettes audio. C’est cette mine d’archives en or qu’il exploite dans ce podcast. Ce journaliste offre ainsi à nos oreilles modernes les voix de ces héros fameux et méconnus qui ont lutté pour les droits des personnes LGBTQ. Tous ces pionniers sont en train de disparaître… les épisodes ont donc souvent la tonalité d’une nécrologie, et la musique répétitive et un peu morne n’arrange rien. Mais entendre la voix de ces militant.e.s m’émeut énormément et je trouve exceptionnel d’avoir pensé à exploiter ce matériel qui aurait pu se dégrader tranquillement dans une cave humide. Un vrai morceau d’histoire à écouter !

This American life – “Doctor Gilmer and Mr. Hyde”

Un vieil épisode de This American Life, l’un de ceux qui m’ont faite tomber en amour pour l’audio et pour cette sublime émission de radio américaine… Dr Gilmer vient exercer dans une clinique qu’il ne connaît pas. Rapidement, il comprend que son prédécesseur, qui était très apprécié, dort en prison pour avoir tué son propre père. Interloqué par cet homonyme que tout le monde semble regretter, Dr Gilmer décide de mener l’enquête pour comprendre ce qui a pu pousser celui qui occupait son fauteuil à commettre l’irréparable.

492-landscape

Vous en voulez encore ? Retrouvez nos recommandations de podcasts des mois précédents !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :